Orfève. Le chocolat made in Geneva.

Caroline Buechler et François Xavier Mousin exercent le plus beau métier du monde, celui qui réchauffe nos âmes et régale nos papilles. Ils ont en effet décidé, en septembre 2017, de créer la première manufacture artisanale suisse de chocolat.

En ne prenant comme base, que la fève de cacao, arrivée tout droit d’Amérique du sud (Pérou, Colombie) et de Madagascar. Après un processus de fabrication artisanal, ils transforment cette fève immangeable en délicieuses tablettes de chocolat.

Caroline et François Xavier

De la sélection et l’achat des fèves, réalisés sur place dans les exploitations par une « sourceuse », à la réalisation des tablettes et même plus, puisqu’encore aujourd’hui les tablettes sont emballées à la main dans un emballage imprimé sur place, Orfève gère toutes les étapes de la fabrication, du triage des fèves à la torréfaction, du concassage au conchage (affinage) et enfin, au moulage des tablettes.

Comme un maître de chai, FX (François Xavier) apporte sa touche personnelle à ses productions. En variant les températures de torréfaction, en augmentant les temps d’affinage, le maître des lieux définit les arômes et multiplie les saveurs de ses chocolats.
Pour avoir comparé lors de ma visite d’autres chocolats réalisés avec les mêmes fèves, on s’aperçoit rapidement de l’importance de l’intervention humaine lors du processus de transformation des fèves de cacao.

Fèves en arrivage direct d’Amérique du sud.
Première opération : le tri.

Fèves de cacao que l’on pourrait comparer aux cépages des vins. Millésimes des récoltes, terroirs des plantations, nombreuses sont les similitudes avec le monde du vin que François Xavier connaît bien pour y avoir travaillé. Sauf que pour les chocolats Orfève, les mélanges et autres assemblages ne sont pas de mise. Tous les chocolats sont pures origines. Traçabilité oblige, vous pourrez donc lire sur chaque emballage, le pays de production, mais aussi le nom de l’exploitation, la fabrication, l’année de récolte, etc. Ne vous précipitez pas dans votre placard à chocolats, en plissant les yeux, sur votre tablette violette habituelle, rien de tout cela n’est marqué.

Atelier dégustation

Débutée il y a seulement quelques mois, cette aventure chocolatée hors du commun, n’en est qu’à ses prémices, et les aléas de production font encore partie du quotidien, ce qui rend le chocolat Orfève encore plus confidentiel. J’ai vécu cette dégustation comme un privilège rare. Celui d’avoir juste en face de moi, l’artisan de cette alchimie que l’on croque sans toujours y porter attention. Pour cet instant passé au cœur de la manufacture, j’ai pris le temps de croquer, de sentir, d’analyser, de différencier et bien sur, d’apprendre. François Xavier est un passionné. Touche à tout talentueux, il parle avec passion de cette aventure artisanale et, comme un vigneron, laisse son empreinte indélébile sur sa production.

Tablette emballée sur place par Caroline.

Pureté, traçabilité, originalité et pour ne rien gâcher, respect des producteurs locaux en leur garantissant un revenu décent.
Ce chocolat, tout habillé d’or, n’en oublie pas d’être actuel et respectueux de son époque. Alors moi, je me dis que, quitte à croquer du chocolat, autant croquer un chocolat produit artisanalement à Genève et fabriqué avec des matières premières de qualité.
La qualité, tout comme la sélection des fèves de cacao, a un prix. Celui de ces tablettes d’exception avoisine les 10 Chf.

Vous trouverez les tablettes Orfève à la vente dans les boutiques suivantes :

Au passeur de vin, 25 Eugène-Marziano, Genève Acacias.
(C’est peut-être l’occasion de relire notre article).

YEAST, 61 rue ancienne à Carouge.

Supplément d’âme, 11 rue de la Terrassière à Genève.

Ernest – l’Epicerie, Cheneau-de-Bourg 17 à Lausanne.

Vous pouvez également passer votre commande directement en contactant la manufacture Orfève à Genève. Tél. : +41 22 344 37 95

Philippe Écrit par :

Raconteur d'histoires gourmandes, j'ai créé le blog Le Dos de la Fourchette en septembre 2014. Rédacteur, je partage mes adresses gourmandes, mes rencontres et mes découvertes.

2 Comments

  1. Michel
    15 février 2018
    Reply

    Superbe article!

    • 17 février 2018
      Reply

      Merci… c’est toujours plus facile d’écrire lorsque le sujet est passionnant….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.