La gastronomie du bon côté.

Non, malgré ce que vous pensez, je ne me suis pas subitement passionné par les règles de géométrie ni par le calcul des aires, des côtés ou sur l’hypoténuse. Les bons côtés de la gastronomie sont présents à « Côté Cour Côté Jardin », même si dans la configuration du restaurant le côté cour et le côté jardin, c’est le même côté. Je crois que je vous embrouille, et peut-être même que je vous ai déjà perdu un peu comme le regard de mon fils, un dimanche soir, devant son devoir de math prévu pour le lundi matin. Le restaurant « Côté Cour Côté Jardin » se situe à Rive (Genève), tout près du Centre commercial Eaux-Vives 2000. Il sera donc plus simple de vous parquer ici, car la rue de la Chapelle, qui accueille le restaurant au numéro 8 ne propose pas de places de parking. Il est possible qu’une fois dans cette rue, pourtant pas très grande, vous soyez quelque peu perdu, car la devanture du restaurant n’est pas vraiment celle que vous pourriez attendre. A cela, le fait que le restaurant est intra-muros au Théâtre de l’Espérance et qu’il ne possède pas de vitrine sur la rue. Il vous faut donc pousser la porte (la première, parce que la deuxième est automatique) et faire quelques pas pour découvrir la salle du restaurant en léger contrebas. Ouf ! On y est. Il lui a fallu plus de 200 mots pour qu’il commence a parler du restaurant !!

La salle du restaurant s’étale tout en longueur. Un grand rectangle, avec pour extrémité, un gigantesque bar et de l’autre une grande véranda avec vue sur le jardin et par la même occasion sur la cour. Cette véranda est ouverte sur une grande terrasse en dur qui accueille la clientèle les beaux jours venus. Je ne découvre pas vraiment l’établissement car j’avais eu la chance il y a maintenant six ans de faire l’ouverture du restaurant lors d’une grandiose soirée. Six ans déjà que les mêmes propriétaires gèrent l’établissement à l’heure où la durée de vie des restaurants à Genève se calcule en mois. Cela semble un record.

La véranda
La véranda
La grande salle
La grande salle
Le bar
Le bar

Côté cour Côté jardin a plusieurs facettes. C’est le midi, le rendez vous de la clientèle d’affaire et des plats du jour. Le soir, les lumières et la proximité du théâtre aidant, c’est une clientèle plus posée qui prendra le temps de déguster la carte et ses spécialités. Olivier, qui a eu la gentillesse de m’inviter, me précise également que le restaurant, vu sa configuration, est complètement privatisable, et de nombreuses fêtes de fin d’année, d’anniversaire ou autres peuvent prendre place. Le grand bar inoxé et les jeux de lumières donnent alors à ce lieu un petit air de club branché où l’on déambule de tables en tables pour retrouver la jolie blonde qui dès l’entrée nous avait aguiché avec sa longue robe blanche bien trop fendue.

La salle se transforme le soir
La salle se transforme le soir
La salle se transforme en club
La salle se transforme en club
Décoration personnalisable
Décoration personnalisable

Bref, ce midi l’ambiance sans les lumières est un peu moins glamour. Peut-être les effets du temps sur le mobilier… Heureusement, la gentillesse du personnel de salle contrebalance favorablement. Le sourire et le professionnalisme de Najoua (Najwa) nous accompagneront tout au long du repas.
En entrée, j’ai choisi un carpaccio d’espadon au citron vert et baies roses accompagné d’un tartare de Granny Smith et mangue (17.-chf).

Carpaccio d'espadon au citron vert
Carpaccio d’espadon au citron vert

Une assiette très rafraîchissante et parfumée qui, après le petit bol de potage à la carotte (que j’aurai bien vu lisse donc passé) aurait pu suffire à mon appétit.

Amuse bouche
Amuse bouche

Le don de soit et de sacrifice faisant partie de la vie d’un blogueur culinaire, je me laisserai tenter par un deuxième plat qui, malgré la période de chasse terminée, garde toute sa place en hiver dans la carte des plats chauds. Il s’agit d’un filet mignon de cerf aux épices, légumes d’hiver, choux rouge aux pommes et mousseline de céleri 39.-chf. Un copieux filet cuit rosé ultra fondant avec une sauce aux épices bollywoodiens. Les légumes cuits ardentes et la mousseline auraient suffi, je dois vous avouer que j’ai une allergie au chou rouge servi systématiquement avec le gibier.

Filet mignon de cerf
Filet mignon de cerf

Mon hôte, qui lui mange tous les jours au restaurant, s’est lui aussi redirigé vers une assiette « fraîcheur » : une authentique tartiflette savoyarde accompagnée d’une salade de jeunes pousses pour équilibrer, proposée en suggestion à 21.-chf.
Tartiflette

Thé gourmand
Thé gourmand

Un thé gourmand aura la lourde tâche de terminer ce copieux repas. Les assiettes ont été exécutées avec justesse et servies chaudes. On peu qualifier les assiettes de copieuses. Cette carte devrait prochainement évoluer car depuis peu, un nouveau chef est au fourneau. Il s’agit de Frédéric Ciranna, un chef toulousain repéré par le Gault et Millau en 2014 avec l’obtention d’une toque. D’après Olivier qui m’accueillait ce jour et, je crois que ce n’est pas trahir un secret, la carte devrait se recentrer autour d’un concept dédié aux cocottes et aux ardoises servies crépitantes devant le client.
Souhaitons bonne chance à toute l’équipe pour leurs futurs projets.

J’ai bien aimé : Le lieu, l’accueil et la qualité des mets servis à table.
J’ai moins aimé : Comme toute grande salle lorsqu’elle n’est pas remplie, une petite impression de no mans land.
Côté Cour Côté Jardin 8 rue de la Chapelle 1207 Genève. Tel: +41 (0)79 893 11 84

Philippe Écrit par :

Raconteur d'histoires gourmandes, j'ai créé le blog Le Dos de la Fourchette en septembre 2014. Rédacteur, je partage mes adresses gourmandes, mes rencontres et mes découvertes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.