The great brunch de l’Intercontinental Genève.

C’est un peu comme ça la vie de blogueur, toujours à la recherche de la nouveauté ou de l’actualité brûlante des fourneaux. Dans cette quête des nouveaux concepts, on passe parfois à côté d’établissements faisant partie du paysage genevois. C’est certainement pour cela que je n’avais jamais poussé les portes de l’Hôtel Intercontinental. Et pourtant, je travaille à moins de 2 minutes. Cette méconnaissance fait maintenant partie du passé car j’ai été gentiment invité pour découvrir le brunch dominical de ce monument genevois qui a fêté il y a deux ans ses 50 ans d’existence.

Avant de parler du brunch, une petite visite s’impose. Témoin de notre époque et des bouleversements politiques, l’Intercontinental, de par son emplacement au centre des instances internationales, en plein cœur du quartier des Nations Unies. Ce cinq étoiles est devenu, au fil des années, le refuge privilégié des grands de ce monde : Diplomates, Ministres, Chefs d’état, Rois et Reines et Stars du show business… Le bâtiment a gardé son look des années 60 aux influences corbuséennes.

L'impressionnant Hall d'accueil.
L’impressionnant Hall d’accueil.
Des lustres gigantesques
Des lustres gigantesques dans le Hall

L’intérieur est tout autre. Le Designer new yorkais, Tony Chi, est passé par là et, après dix années de rénovations, l’hôtel propose une identité majestueuse et unique à Genève. Le Lobby et sa hauteur de plus de sept mètres impressionne. L’œuvre que vous ne pourrez pas ne pas voir juste derrière la réception a été réalisée par l’artiste coréen Lee Jae Hyo. Des cheminées, des escaliers, qui feraient rougir de honte les marches de Cannes. Des luminaires impressionnants… Oui l’accueil de l’Intercontinental en impose, et pourtant, l’ambiance y est cosy, chaude. Les lumières et les espaces restent définis, intimistes.

Luminaire dans le petit salon du Woods
Luminaire dans le petit salon du Woods
Le Fumoir
Le Fumoir

Le fumoir en haut des escaliers est un bar tout en longueur et pour les aficionados de Monte Cristo numéro deux, un lounge à cigares leur est réservé.
Le Bar des Nations, à côté du lobby est un endroit à part de l’hôtel. On pourrait s’attendre à voir débarquer Al Capone et son Borsalino bicolore. Canapés en cuir pour déguster un single malt ou plus sagement découvrir les délicieuses pâtisseries du Chef pâtissier Julien Maslanka.

La grande table du Bar des Nations
La grande table du Bar des Nations

Avant de vous parler du restaurant le Woods où a lieu le brunch, je cite les 16 salles de conférence et la Ballroom, salle de bal en français dans le texte, qui à elle seule occupe une superficie de 752 m². Lors de ma visite, les danseurs et danseuses des Ballets Maurice Béjart répétaient leur spectacle.

Le Spa by Clarins
Le Spa by Clarins

L’indispensable Spa by Clarins agrémenté du hammam, du sauna et de la salle de fitness avec vue, servira à remettre votre corps en forme. A l’extérieur, une rareté à Genève, une magnifique piscine extérieure toute carrée, ouverte de mai à septembre pour les clients de l’hôtel mais aussi pour la clientèle extérieure à l’hôtel.

Pour quelques brasses ou pour se relaxer en dégustant un cocktail ou quelques « finger food » sous les parasols du Poolside, ce lieu est fait pour vous.
Les suites des 16ème et 17ème étages, proposent un confort tout à fait contemporain avec de belles surfaces, des matériaux luxueux, et une vue panoramique sur Genève et son Jet d’eau. Petits détails : si vous n’avez jamais pris votre bain en regardant les toits de la ville et le lac, ces suites sont à réserver de toute urgence.

La vue depuis la suite
La vue depuis la suite
Regarder le Jet d'eau depuis son bain
Regarder le Jet d’eau depuis son bain
Suite à l'InterContinental
Suite à l’InterContinental

Tout comme la cerise sur le gâteau, le dernier étage est entièrement dédié à une suite gigantesque prénommée « The résidence ». Je n’ai malheureusement pas pu la visiter, la clientèle et la Direction de l’hôtel souhaitant à tout prix préserver la discrétion et l’exclusivité des lieux.
Quelques informations ont quand même pu filtrer… Je sais donc que l’accès se fait par un ascenseur privé, qu’un Maître d’hôtel est entièrement à la disposition des hôtes, que hammam, sauna, salle de massage, salle de fitness font partie de la résidence. Si Monsieur Jurgen Baumhoff, Directeur de l’Intercontinental vient à lire ces quelques lignes, j’espère qu’il me proposera lors d’une prochaine venue la découverte en exclusivité de « The Résidence ». (Qui ne tente rien…).

La table en rondins de bois
La table en rondins de bois
Les luminaires font la décoration
Les luminaires font la décoration

Il est peut être temps de redescendre au restaurant le « Woods » où une gigantesque cave à vin vitrée sert de cloison au restaurant. Une impressionnante table faite de bois et de verre trône à l’entrée. Nous voilà installés dans un petit salon contiguë à la salle du restaurant. Nous sommes dimanche. Il est 13h et le restaurant est complet. C’est le Chef de cuisine Guillaume Bourdillon qui gère l’ensemble des restaurations de l’hôtel. Le brunch est divisé en plusieurs lieux, avec un buffet pyramidale d’entrées froides, allant des produits de la mer, saumon, crevettes, pinces de homards, des verrines et salades composées. Le tout d’une incroyable fraîcheur. Un autre petit plus de ce brunch, c’est le personnel de cuisine, qui ne laisse pas le temps aux plats de se vider, et comme ils sont parmi nous en train de réapprovisionner sans cesse on peut les questionner sur le contenu des verrines ou sur les ingrédients d’une sauce. C’est toujours plus conviviale que les étiquettes explicatives. (Étiquettes présentes sur le buffet, pour les timides). Mon choix se portera vers les grandes étendues maritimes.

Mon entrée
Mon entrée

Nos entrees

Un tout petit peu plus loin, une petite salle est réservée aux plats chauds, viandes découpées devant vous, garnitures au choix ou minute, comme ce riz aux légumes printaniers que l’on aurait pu appeler risotto si le riz avait été Arborio ou Carnaroli…

Riz aux légumes

Mini burger
Mini burger

Les mini-burgers remportent également un franc succès.
Mes yeux se dirigent déjà vers le buffet de desserts juste derrière les plats chauds.
Malgré le choix de fromages proposé, je n’ai qu’une hâte, c’est de découvrir cet énorme choix de douceurs sucrées. Les desserts sont présentés sur des étagères, un peu comme des livres dans une bibliothèque. Mais pas des livres de « la Bibliothèque Verte », même si je n’ai rien contre… Non, je classerais les desserts proposés dans les œuvres majeures de la Pléiade.

La bibliothèque de desserts
La bibliothèque de desserts
Mon choix de desserts
Mon choix de desserts

Le Chef pâtissier, Julien Maslanka, est un artiste. Sa pâtisserie est d’une esthétique digne des plus grands. Netteté des réalisations, choix gargantuesque, saveurs subtiles et contrastes des textures. Une vraie réussite ce buffet de pâtisseries ! On y retourne sans complexe et avec le sourire aux lèvres. Nous voilà donc repus après ce délicieux brunch. Et si le temps l’avait permis, nous nous serions autorisés une petite sieste sur l’un des transats du Poolside.

Poolside by night
Poolside by night

Le brunch propose également des viennoiseries, jus de fruits frais, smoothies, et boissons chaudes.
Le brunch a lieu tous les dimanche de 12h00 à 15h00.
Adultes à CHF 85.- par personne, comprenant les boissons gazeuses et les jus de fruits.
• Les enfants âgés de 6 à 12 ans bénéficient d’une réduction de 50%, incluant les boissons gazeuses et les jus de fruits.
• Les enfants de moins de 6 ans mangent gratuitement.

Restaurant Woods à L’Intercontinental Geneva, Chemin du Petit-Saconnex 7, 1209 Genève, Suisse.
Réservez tôt pour éviter toute déception. Tél : +41 (0)22 919 33 33.

Ce que j’ai aimé : Vous l’avez deviné certainement, c’est le buffet de pâtisseries. Je n’oublie pas l’impressionnant hall d’accueil et la décoration des restaurants et bars.
Ce que j’ai moins aimé : L’appellation tronquée du risotto avec un riz long. Et de ne pas pouvoir visiter le dernier étage (Message personnel ;-))

N’hésitez pas à laisser un commentaire sur le blog. Merci

Philippe Écrit par :

Raconteur d'histoires gourmandes, j'ai créé le blog Le Dos de la Fourchette en septembre 2014. Rédacteur, je partage mes adresses gourmandes, mes rencontres et mes découvertes.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.